Ghana : le président John Atta-Mills décède brusquement de maladie

John Atta-Mills est tombé brusquement malade ce mardi matin, il a été conduit à l’hôpital militaire où il s’est éteint quelques heures plus tard. Le président revenait d’un voyage aux Etats-Unis où il avait subi des examens médicaux qualifiés d’examens de routine. Sa voix était devenue plus fébrile ces derniers mois selon des journalistes dans la capitale.

« C’est avec le cœur lourd que nous annonçons la mort brusque et prématurée du président de la République du Ghana », a déclaré la présidence dans un communiqué succinct. Selon la Constitution, c’est le vice-président John Dramani Mahama qui va assurer l’intérim de ce pays réputé stable, jusqu’à élection présidentielle prévue en décembre. John Atta-Mills avait été désigné par son parti, le NDC, pour briguer un deuxième mandat à la tête du pays.

John Atta-Mills avait 68 ans, il venait de célébrer son anniversaire samedi, le site de la présidence affiche encore en page d’accueil une photo du président qui sourit à pleine dent, et sous le cliché cette légende « Happy Birthday President », joyeux anniversaire président.

John Evans Atta-Mills, juriste de formation, a dû s’y prendre à trois reprises avant de décrocher de justesse la présidence à l’issue des élections fin 2008. Durant sa campagne, cet homme d’origine modeste avait déclaré qu’il était animé par les idées sociales de Kwame Nkrumah, premier président du Ghana indépendant et héros de l’émancipation politique des noirs sur le continent.

Surnommé « le prof » – il a enseigné le droit durant vingt-cinq années – Mills était aussi un sportif accompli, il avait évolué au sein de l’équipe nationale de hockey sur gazon. Il rejoint le bureau politique du National Democratic Congress (NDC) en 1990, et devient vice-président de Jerry Rawlings sept années plus tard.

Sa réputation d’homme humble au ton mesuré tranche avec celle de l’ex-chef de l’Etat, le bouillonnant Rawlings. Les deux hommes se sont affrontés quand Rawlings a tenté d’imposer son épouse à la tête du parti en juillet dernier.

Mills laisse derrière lui une formation politique divisée à cinq mois de la présidentielle. On retiendra que le Ghana a rejoint le club fermé des pays producteurs de pétrole sous son mandat. John Atta-Mills aussi avait eu l’honneur d’être le premier président de l’Afrique subsaharienne, en 2009, à recevoir Barack Obama en visite officielle.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s