Interview exclusive:Le jeune leader Burundais,Christian KABIRIGI nous dévoile les raisons de sa démission de chez Leo.

 

Christian KABIRIGI

 

Burundi5 : Bonjour, Parlez-nous de vous, vous êtes le quantième et vous venez d’une famille de combien d’enfants et vous êtes né en quelle année et exactement dans quelle province?

Christian K : Bonjour, Je me nomme christiankabirigi, né à Rohero –Bujumbura Marie et fils ainé d’une famille de deux enfants (juste un petit frère) . Fils d’Avocat et de mère pédagogue.

Burundi5 : Etes-vous diplômé des humanités secondaires? Si oui à quelle école? Avez-vousdéjàterminé l’université?

Christian K : Pour mes études secondaires, j’ai fréquenté le lycée du Saint-Esprit où par après j’ai intégré un programme de l’EENI (un business school en ligne) en 2008 et par la suitela faculté de gestion et administration de l’université lumière de Bujumbura.

Burundi5 : Quel était votre rêve alors que vous étiez encore tout jeune?

Christian K : Aucun, je ne suis pas du genre rêveur. J’ai toujours abordé la vie au fil des opportunités. Mais disons qu’avec moins de conviction ; je me voyais pharmacien ou docteur : j’avais des gens dans ma famille élargie que je prenais comme repère. Je me suis même fait inscrire dans une faculté de pharmacie à Marseille à la fin de mes études secondaires avant de changer d’orientation.

Burundi5 : Comment est-ce que vous aviez été recruté chez Leo? Serait-ce par aventure? Ou simplement vous aviez entendu l’appel d’offre?

Christian K : Au début j’ai postulé à un poste de conseiller à la clientèle. J’ai eu à passer les tests de recrutement comme les autres candidats après un appel à candidature lancé dans les médias.

Burundi5 : Quatre  ans passées dans une entreprise de télécom n’est pas du tout un fait de hasard, étaient-elles des années de gloires pour vous?

Christian K : De gloire non, le terme est fort. Des années d’apprentissage plutôt, avec énormément d’acquis professionnels. Durant ces 4 années, je me suis « découvert » : mes compétences mais aussi mes points faibles

Burundi5 : Nous venons d’apprendre  qu’aujourd’hui vous démissionnez de Leo, dites-nous pourquoi? Qu’est-ce qui vous a poussé à prendre cette décision et que comptez-vous faire pour le moment?

Christian K : Comme je l’ai dit la vie est faite d’opportunités et quand elle se présente, il faut savoir les saisir : c’est comme une porte qui s’ouvre et qui se referme, il faut l’enjamber quand elle est encore ouverte. Je pense qu’après 4 ans, il était temps pour moi d’explorer d’autres horizons professionnels, de me détacher un peu du monde des télécoms qui est dois-je le dire, un secteur passionnant. Sinon en parlant d’horizons professionnels ; je viens de rejoindre l’équipe commerciale de la Brarudi SA en  tant que Promotion & Events manager où d’autres challenges m’attendent.

Burundi5 :Qu’est ce qui va le plus te manquer chez Leo?

Christian K : Absolument Tout ! Mes collègues ; cette ambiance toujours joyeuse, des projets fascinants sur lesquels on travaillait les uns après les autres, Cet  esprit de compétition avec la concurrence LOL   Quoi dire d’autres ? il faut l’avoir vécu pour le comprendre

Burundi5 : Quel bon et mauvais souvenir vous gardez de Leo?

Christian K : Que de bons souvenirs ; une entreprise qui fait confiance à la jeunesse et à leur potentiel créatif et productif.

Burundi5 :Pensez-vous qu’aujourd’hui au Burundi la télécomunication est entrain de connaitre une avancée significative?

Christian K :A mon avis, beaucoup d’entreprises doivent prendre pour exemple les télécoms : C’est un marché qui a de l’avenir et très compétitif ; ce qui est une bonne chose. Ce n’est pas un fait du hasard que Leo soit  aujourd’hui le premier contribuable du pays. (Avec la Brarudi qui suit) Attendez-vous à de grandes révolutions technologiques surtout du côté de l’internet et des services monétiques sur mobile.  On n’est pas au bout de notre soif

Burundi5 : Que doit être le comportement et les qualités d’un bon marketteur?

Christian K : Etre passionné et se dévouer à son travail sont les clés du succès. Il doit porter l’entreprise dans ses veines et doit aller au-delà du simple employé modeste qui reçoit son salaire à la fin du mois.

 

Burundi5 : Quel est votre devise

Christian K : Dévouement et passion

Burundi5 : Combien de voyages avez-vous déjà effectué à l’étranger?dans combien des pays? Lesquels exactement?

Christian K : Vous savez ;je ne suis pas un grand voyageur ; j’ai très peu de temps pour m’offrir de longs voyages et bien plus, j’ai horreur de l’inertie . Juste quelques voyages  dans les pays de la région pour des randonnés!

Burundi5 : Un message à tous les abonnés et aux personnels de Leo?

Christian K : Ils ont fait un très bon choix et j’en suis convaincu, de bonnes choses les attendent

Propos récueillis par Yann SANTANNA

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s